accueil

Bienvenue à tous les lecteurs qui parcourront ce blog.

Je me présente, je m’appelle Aurélien, ancien étudiant à l’IUT Bordeaux Montaigne en MMI (métier du multimédia et de l’internet). Je viens d’obtenir mon diplôme après 2 ans de formation. Je suis actuellement à la recherche d’un emploi et souhaite travailler dans le secteur de la communication et du web.

Je suis passionné par le pays du soleil levant, sa culture et sous-culture, sa modernité et ses traditions. J’ai pu d’ailleurs m’y rendre à deux reprises, durant l’été 2014 et 2017. Il s’agit pour moi d’une expérience particulièrement enrichissante. Cependant, je tiens tout de même à préciser que je n’idéalise pas le Japon pour autant. J’ai bien conscience qu’il existe un certains nombres de travers qui empoisonnent la société japonaise.

Maintenant que les présentations sont faites, passons à l’essentiel.

Quel est l’objectif de ce blog ?

Je souhaite étendre et partager ma passion à travers ce dernier. Pour ceux qui se demandent « qu’est-ce que la sous-culture japonaise ? », il s’agit grossièrement de tout ce qui touche aux sujets suivants : jeux, doujins, mangas/animations, goodies et conventions

Je souhaite donc publier un certain nombre de contenus comme par exemple des tests de jeux, critiques, news, articles, vidéos de présentation, replays en espérant que cela vous plaise !

Vous pouvez aussi me retrouver sur mon Twitter et ma chaine Twitch en cliquant sur les liens suivants:

https://twitter.com/aurelien_lafon

https://go.twitch.tv/khaaos_2009

Par défaut
accueil, japon, jeux, manga, manic shooter, News, Non classé, shoot'em up, test

J’annonce la mise en ligne de ma chaîne Twitch que vous retrouverez sur le lien suivant : https://www.twitch.tv/khaaos_2009

Elle sera principalement dédiée à la diffusion de jeux typiquement japonais. Le but étant de faire découvrir des titres originaux et peu communs du monde vidéoludique. J’ai donc l’intention de réaliser des vidéos de présentation et de test qui expliqueront et mettront en évidence les qualités de ces titres atypiques.

Au-delà du simple aspect  « découverte », je souhaite proposer une chaîne de divertissement mais aussi présenter des performances sur des jeux considérés comme « très difficiles ». Conseils et astuces seront de la partie afin de venir en aide à ceux qui le désirent.

Plusieurs genres du jeu vidéo seront mis à l’honneur (JRPG, jeux de rythme, shoot’em up/danmaku, survival horror, TCG…) afin d’offrir un maximum de variété et de nouveauté.

Par défaut
News

Un teaser pour le film A Silent Voice (Koe no Katachi):

 

silent-voice-visual[1]

Un premier teaser pour l’adaptation du manga A Silent Voice (Koe no Katachi) en film a été révélé hier (08/04/16) sur le site officiel du projet : http://koenokatachi-movie.com/

Bien que le teaser ne dure qu’une trentaine de secondes, on peut déjà imaginer que le film sera chargé en émotions et offrira à ses spectateurs une adaptation de qualité.

Le film sortira dans les salles japonaises le 17 septembre 2016. Naoka Yamada est le réalisateur aux commandes de cette adaptation et travaille avec le célèbre studio Kyoto Animation (Clannad, La Mélancolie d’Haruhi Suzumiya-chan, Sound! Euphonium).

Plus de détails sur le staff :

  • Studio : Kyoto Animation
  • Réalisateur : Naoko Yamada
  • Scénariste : Reiko Yoshida
  • Responsable Animation : Futoshi Nishiya
  • Character Design : Futoshi Nishiya

Le site officiel offre en plus du teaser les premiers chara-design des personnages de Shoko et Shoya.

A titre de rappel, A Silent Voice est un manga de Yoshitoki Oima en 7 volumes sorti au japon en 2013. Les 6 premiers tomes sont actuellement disponibles en France aux éditions Ki-oon.

Par défaut
News

Touhou 15 annoncé :

 

e0088742_2094132[1]

Chacune de ces annonces fait trembler le web et ses fans, celle-ci ne déroge pas à la règle. Zun, l’un des acteurs principaux de la scène « dōjin » au Japon, a annoncé récemment sur son blog la sortie du 15ème opus de la célèbre série Touhou.

De ce que l’on sait, le jeu s’intitulera Legacy of lunatic kingdom. Les personnages jouables seront Reimu, Marisa, Sanae et Reisen (apparition inédite pour ce dernier). On apprend aussi qu’il y aura quelques changements au niveau du gameplay, ce qui apportera un vent de fraîcheur à la série. La démo du jeu sera disponible le 10 mai 2015 lors du Hakurei Jinja Reitaisai. En ce qui concerne la version finale il faudra attendre août 2015.

Quelques images du jeu :

e0088742_20172897[1] e0088742_20225380[1] e0088742_20191323[1] e0088742_2018257[1] e0088742_2034137[1] e0088742_20171870[1]

Par défaut
manga

A Silent Voice :

 

I1-750x410[1]

« Touchant, déchirant et émouvant »

Voilà les premiers mots qui me viennent à l’esprit quand je pense à « A Silent Voice » de Yoshitoki Oima. C’est un véritable coup de cœur et c’est pour cela que je lui dédie ma première critique manga, critique qui portera sur l’intégralité du tome 1.

A Silent Voice ou Koe no Katachi de son vrai nom, est un manga en 7 volumes sorti en aout 2013 au Japon. Le premier tome en version française est disponible depuis janvier 2015 et c’est l’éditeur Ki-oon qui se charge de sa publication. A l’heure où j’écris ces lignes le tome 2 vient tout juste de paraître dans nos librairies.

A_Silent_Voice[1] a-silent-voice,-tome-2-575958[1]

(Couvertures du tome 1 et 2)

A Silent Voice raconte l’histoire de Shoko Nishimiya, une jeune fille de CM2 atteinte de surdité depuis sa naissance. Malgré le port d’un appareil auditif Shoko a du mal à saisir les discussions autour d’elle. Ayant aussi des difficultés pour parler, c’est par l’intermédiaire d’un cahier qu’elle arrive à communiquer avec les autres.

a-silent-voice-planche-1[1]

Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle tente de surmonter son handicap et fait tout ce qu’elle peut pour s’intégrer auprès de ses nouveaux camarades. Malheureusement ses efforts sont vains et elle va rapidement devenir le souffre-douleur de la classe. Le premier responsable de ces persécutions s’appelle Shoya Ishida. Pour Shoya, son pire ennemi c’est l’ennui et il voit en Shoko une source d’amusement inépuisable. Il considère la jeune fille comme une véritable bizarrerie et va prendre un malin plaisir à la tourmenter. Ses agressions, à la fois physique et psychologique, se font de plus en plus violentes et répétées suscitant par la même occasion les rires et la participation des autres élèves.

a-silent-voice-planche-3[1]

Un jour c’est l’incident de trop, la mère de Shoko porte plainte et pousse le directeur de l’école à agir. A partir de là, le quotidien de Shoya va radicalement changer. D’abord désigné par ses camarades comme seul coupable, il deviendra par la suite le nouveau souffre-douleur de la classe.

Mon avis :

Ce premier tome est réellement bouleversant. Les mangas parvenant à susciter autant d’émotions sont rares et celui-ci y arrive avec brio. L’auteur se démarque par un scénario original, abordant deux sujets de société à la fois délicats et complémentaires : le regard des gens vis-à-vis du handicap et le phénomène de l’ijime, signifiant littéralement « intimidation » et désignant les persécutions faites à l’encontre des personnes rejetées à cause de leurs différences.

a-silent-voice-planche-2[1]

J’ai été absorbé tout au long de ma lecture par ce manga triste et tragique mais aussi très touchant. L’histoire avance à un rythme quasi parfait et on ne s’ennuie jamais. A la fin de ce premier tome, je ne souhaitais qu’une chose, pouvoir lire la suite !

Les deux personnages principaux de « A Silent Voice » font partie des gros points forts de ce manga.

Shoko est un personnage extrêmement attachant et attendrissant. On partage et ressent sa douleur au fil des pages, on souhaiterait presque pouvoir lui venir en aide bien que cela soit évidemment impossible. Elle s’efforce à sourire, elle encaisse sans jamais faiblir et tente inlassablement de se lier d’amitié avec Shoya. Comme si au fond d’elle, elle voulait croire en l’espoir qu’il est possible de changer les gens, leurs regards et leurs appréhensions vis-à-vis du handicap et des différences de chacun.

koe-4[1]

En ce qui concerne Shoya, c’est un personnage intéressant qui ne cesse d’évoluer durant toute l’histoire. C’est la première fois que je ressens une certaine colère envers le héros d’un manga. Car oui, bien qu’il s’agisse avant tout du principal persécuteur de Shoko, c’est bel et bien le héros de « A Silent Voice ». A la fin du premier tome plusieurs années se sont écoulées. Shoya est en terminale et depuis le jour où son quotidien s’est écroulé, il est resté isolé et ignoré de tous. Il s’est mis à détester tout le monde mais ce qu’il déteste le plus c’est sa propre attitude. Il regrette profondément ses actes passés et l’énorme bêtise de son immaturité de l’époque. Il se rend compte que Shoko faisait preuve de gentillesse à son égard depuis le début et qu’il n’a pas su entendre ses appels. Peu à peu Shoya perd toute envie de vivre et songe à se suicider. Mais avant de mettre fin à ses jours, il décide de payer l’intégralité de ses dettes et de s’excuser auprès de la fille qui lui a toujours tendu la main. A partir de là, la colère que l’on ressent envers Shoya se transforme en sympathie. Sa prise de conscience vis-à-vis de ses actes est le point de départ d’une toute nouvelle relation avec Shoko et c’est sur cela que va se construire la suite du manga.

koe-no-katachi-45550511[1]

En conclusion je conseille à tout le monde ce premier tome de « A Silent Voice ». Son scénario original, triste et touchant est une véritable bouffée d’air frais et donne à réfléchir. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas ressenti autant de passion pour un manga. Une perle à ne pas manquer !  

J’allais oublier, A Silent Voice a été récemment sélectionné parmi 9 nominés pour le 19ème prix culturel Osamu Tezuka. Bravo à Yoshitoki Oima pour ce succès amplement mérité.

Par défaut
danmaku, japon, jeux, manic shooter, shoot'em up, test

Test : QP Shooting Dangerous!!

 

Steam est une plateforme de jeux incontournable sur PC qui nous offre de plus en plus de choix et de variété. Il n’est donc pas rare de tomber sur des jeux originaux et typiquement japonais. C’est le cas de QP Shooting Dangerous!!, un danmaku sortie le 14 novembre 2014 et développé par OrangeJuice.

Cependant originalité ne rime pas forcément avec qualité, qu’en est-il de ce jeu ?

Capture d’écran (71)

Danmakwaa ??!! :

QP Shooting Dangerous est un shoot’em up de style danmaku (se traduisant littéralement par rideau de balles). Le joueur doit survivre face à une avalanche de projectiles. Pour faciliter les esquives entre chaque boulette, le joueur dispose d’un point faible de quelques pixels placé généralement au centre du vaisseau ou du personnage.

Capture d’écran (4)

 (Le terme danmaku prend tout son sens dans ce genre de situation)

Ecran titre et modes de jeux :

Le menu principal se compose de plusieurs sous menus. L’onglet options vous permet d’effectuer divers réglages au niveau du son, des contrôles et de l’affichage. Le menu memory vous donne accès à tous les replays sauvegardés et le menu record est un tableau qui recense les scores obtenus durant vos parties. La Rbit-Room est un magasin dans lequel vous pouvez acheter diverses formations de tir, vous pouvez aussi y consulter la liste des trophées obtenus. Le mode conquest est équivalent à un mode entraînement mais son intérêt est plutôt limité. Pour finir l’arcade représente le pilier central du jeu, c’est le mode sur lequel vous passerez la majorité de votre temps.

Capture d’écran (72)

(La Rbit-ROOM dans laquelle vous pouvez acheter les diverses formations de tirs)

Capture d’écran (73)

(Le menu options est complet au niveau des réglages)

Mode Arcade :

Dans une ambiance délirante à la sauce japonaise, vous incarnez le personnage de QP qui part à la poursuite de son pudding. Vous ne rêvez pas, toute l’histoire tourne autour de ce thème et prend des proportions démesurées à la fin de l’aventure. Votre voyage va vous conduire dans différents environnements tels qu’une autoroute, un jardin, un cirque, une ville envahie par l’armée pour enfin s’achever dans le cosmos. Chaque stage possède un bestiaire d’ennemis qui lui est propre et les différents thèmes musicaux collent parfaitement à l’atmosphère retranscrite à l’écran. L’ambiance du jeu est terriblement mignonne, joyeuse et colorée et les graphismes sont soignés et agréables à l’œil. Les dialogues et le chara-design des boss contribuent beaucoup à l’esprit déjanté et comique véhiculé par le jeu.

Capture d’écran (3)

(L’humour déjanté est bel et bien au rendez-vous)

Il vous faut d’ailleurs affronter 6 boss au total, chacun possédant des attaques bien particulières. Ils n’hésitent pas à se faire aider par une multitude d’ennemis secondaires et abattent leurs jokers en phase finale. La majorité des patterns ennemis sont assez lents mais enrichis de nombreux projectiles, ce qui donne par moment une sensation de claustrophobie. Le jeu dispose de 4 difficultés. C’est une bonne chose car elles sont bien pensées et vous font ressentir un sentiment de progression. Grâce à cela le jeu est équilibré et accessible à tous, du simple débutant au joueur expérimenté.

Capture d’écran (6)

(On ressent bien le sentiment de claustrophobie en difficulté hard)

Un seul personnage mais tout un arsenal :

Un seul personnage est jouable mais pour pallier à ce petit manque vous avez accès à 28 formations de tirs. Avant de lancer une partie vous pouvez en sélectionner jusqu’à 3 au maximum. Cet aspect du jeu est très intéressant car il ajoute un coté stratégique. En effet, il vous faudra faire le bon choix pour associer des formations qui se complètent entre elles. Certaines ont une fonction défensive alors que d’autres occasionneront un maximum de dégâts chez l’ennemi. Une bonne gestion des formations est cruciale aussi bien au niveau de la survie que du scoring. Pour renforcer temporairement la puissance de vos formations vous pouvez déclencher l’hyper mode. Ce tir spécial se recharge lors de la destruction d’ennemis et vous portera secours pendant les situations difficiles.

Capture d’écran (78)

(La formation « wall » est parfaite pour l’attaque…)

Capture d’écran (96)

(… alors que la formation « orbit » est pratique pour la défense)

Et le scoring dans tout ça ? :

Comme dans Dodonpachi, vous devez réaliser la plus grosse chain de hits possible. Pour cela vous devez anéantir les ennemis à l’écran sans aucune interruption mais attention à ne pas les détruire trop vite. En effet il vous faut leur laisser le temps de remplir l’écran de boulettes car lors de leur destruction, chaque projectile se transforme en étoile augmentant ainsi votre chain et votre score. L’hyper mode contribue lui aussi au scoring. Durant son utilisation la valeur de point qu’apporte une étoile est considérablement augmentée.

Il vous faudra donc réfléchir à quel moment activer l’hyper mode pour faire un maximum de points durant les stages et les phases de boss.

Capture d’écran (88)

(Chaque étoile pendant l’utilisation de l’hyper rapporte 1000 points)

Points positifs :

– Prix abordable

– 4 difficultés équilibrées (intéressant pour les débutants comme pour les experts du genre)

–  Ambiance déjantée et typiquement japonaise

– Un titre original, coloré et mignon tout plein

– Rendu visuel propre et agréable à l’œil

– Des musiques collant bien à l’atmosphère du jeu

– scoring simple mais efficace

– 28 formations de tirs

Points négatifs :

– Un mode conquest sans grand intérêt

– Un seul véritable mode de jeu  

Capture d’écran (101) Capture d’écran (5)

Capture d’écran (2) Capture d’écran (1)

QP Shooting Dangerous est une bonne pioche. En plus d’un prix très abordable, ce Danmaku est accessible à tous. L’ambiance très japonaise et originale du jeu est une véritable bouffée d’air frais et le côté comique et déjanté prête à sourire. Les 28 formations de tirs constituent un énorme point positif et ajoutent un véritable aspect stratégique au titre. On regrettera cependant la présence d’un seul vrai mode de jeu et un mode conquest peu intéressant. Malgré ce petit défaut, QP Shooting Dangerous reste une excellente surprise.

Graphisme : Très correct pour un titre de cette envergure. Un rendu lisse et agréable, coloré et adorable !

Son : Les musiques collent parfaitement aux thèmes et à l’ambiance visuelle des stages. Les OST techno en fin de jeu sont superbes.

Note 8/10

Disponible aussi sur :

http://www.shmup.com/index.php?page=fiche&id=1581

Par défaut
danmaku, japon, jeux, manic shooter, shoot'em up, test

Test : Dodonpachi Saidaioujou

 

Dans le monde de l’arcade, il y a des titres de légende, la série Dodonpachi en fait incontestablement partie. Développée par la société Cave, leader dans le milieu du shoot’em up japonais de ces dernières années, la série Dodonpachi  a vu le jour avec un premier opus du nom de Donpachi en 1995 sur borne d’arcade. S’en est suivie alors la parution de 5 autres titres dont Dodonpachi Saidaioujou, dernier opus de la série sorti en arcade en 2012. C’est le 30 mai 2013 que le jeu sera porté sur Xbox360, titre bénéficiant d’un statut région free.

Cet ultime épisode fait-il honneur à une série âgée aujourd’hui de presque 20 ans ?

- 20141231173825

Les « manic shooter » Késako ?

Saidaioujou est un shoot’em up de style manic shooter. Il s’agit d’un dérivé du shoot’em up qui vous demande de faire face à de véritables rideaux de projectiles. Votre point faible appelé hitbox est placé au centre de votre vaisseau, ce qui facilite grandement  vos déplacements à travers les différents projectiles à l’écran. Malgré un point faible plus petit,  les manic shooter restent des jeux complexes.

20150107121449

(La hitbox est représentée par un point brillant au centre du vaisseau)

-20150107122630

(Le terme véritables rideaux de balles n’est pas à prendre à la légère)

Une avalanche de modes de jeu :

Au lancement du jeu vous allez atterrir dans un menu décomposé en 6 grandes parties. Vous avez accès aux modes Xbox 360, arcade HD, version 1.5, novice mais aussi à un shop virtuel et une section galerie. Pas d’inquiétude, le menu shop ne vous demandera jamais d’utiliser une monnaie réelle mais plutôt une monnaie virtuelle que vous gagnerez à la fin de chacune de vos parties. Cette monnaie pourra vous servir à acheter différents wallpapers, fichiers sound ainsi que plusieurs options équivalentes à des cheats code. A noter que chaque wallpaper ou fichier sound est consultable dans le menu galerie.

20150102104714

(Le menu shop dans lequel vous effectuez tous vos achats grâce à la monnaie virtuelle du jeu)

Chaque mode de jeu dispose d’un menu option dans lequel il vous sera possible d’effectuer un certain nombre de réglages, notamment en ce qui concerne les options d’affichage (affichage horizontal, vertical et zoom).

Mode Arcade HD :

Le mode Arcade HD est le cœur central du jeu puisqu’il s’agit du portage direct de la version arcade. Il bénéficie d’une refonte haute définition par rapport à la version d’origine. Vous devrez parcourir 5 stages pour en venir à bout et décrocher le 1CC (finir le jeu en un seul crédit). Il vous faudra faire face à une multitude de patterns conçus pour tuer, ajoutez à ça un rythme effréné, une hitbox grossie par rapport aux derniers jeux Cave et des boss terriblement coriaces. Saidaioujou est un véritable cri d’amour et un hommage direct envers son vieux père Dodonpachi Daioujou. Bien que le jeu d’un point de vue visuel soit très différent de l’aspect rouille/métal de Daioujou, de part un ensemble majoritairement bleuté, Saidaioujou récupère une bonne partie du gameplay de Daioujou.

20150107122430

(Les boss imposent leur présence tout comme les teintes de bleu à l’écran)

Au lancement d’une partie, il vous faudra choisir entre 3 vaisseaux jouables : le type A de couleur rouge, rapide et puissant, le type C de couleur bleue, lent, possédant un tir évasé et le type B de couleur verte, juste milieu entre le type A et C, muni de tirs orientables. Vous devrez prendre aussi la décision de jouer avec le mode auto-bomb activé ou non. L’utilité de l’auto-bomb réside avant tout dans sa capacité à vous maintenir en vie en cas de collision avec un projectile. En effet, si vous possédez une ou plusieurs bombes en stock et que vous vous faites toucher, une bombe est automatiquement lâchée et vous ne perdez pas de vie. Cependant l’intégralité de vos bombes est consommée en échange de cette vie sauvée. Pour finir, il vous faudra choisir votre mode de tir. Le mode « shot » vous octroie un shot puissant mais un laser faible. Le mode « laser », l’inverse du mode shot. Et le mode « expert », un shot et un laser puissants mais une difficulté bien plus importante (mode réservé aux vétérans).

20150107121836

(L’expert mode, brutal et impitoyable)

Le scoring de Cave dans toute sa splendeur :

Le mode arcade HD reprend le système de scoring de Daioujou dans ses grandes lignes. Il vous faut détruire tous les ennemis à l’écran sans la moindre interruption pour faire gonfler votre compteur de chain. Les ennemis détruits laissent derrière eux des médailles qu’il vous faut récupérer pour remplir une jauge. A chaque fois que vous remplissez cette jauge entièrement,  vous gagnez un hyper. Vous pouvez en accumuler jusqu’à dix au total. Les hypers vous permettent d’activer un tir surpuissant pendant quelques secondes, augmentant drastiquement le compteur de votre chain. Plus le compteur de votre chain est haut plus votre score augmente. Malgré des similitudes avec l’ancien scoring de Daioujou, celui de Saidaioujou a été simplifié. En effet, les délais avant que votre chain ne se brise ont été considérablement allongés et en cas de cassure vous ne perdez à présent que 30 % de sa valeur et non la totalité.

20150102105022

(L’hyper niveau 10 donne vraiment un sentiment de puissance)

Du mode, du mode et encore du mode :

Le jeu propose trois autres modes inédits conçus spécialement pour cette version Xbox360.

Le mode novice reprend l’ensemble des éléments vus en arcade HD mais il est destiné avant tout aux joueurs débutants. Les projectiles sont moins nombreux, plus lents et les patterns plus espacés.

La version 1.5 est un mode essentiellement destiné au scoring et à l’utilisation excessive de l’hyper. Il reprend la difficulté du mode arcade HD, son scoring et ses mécaniques de gameplay. Cependant il est bien plus facile et rapide d’obtenir plusieurs niveaux d’hypers : un mode de jeu moins strict, faisant office de juste milieu entre le novice et l’arcade HD.

20150107121707

(Certains patterns sont impressionnants)

Mode Xbox 360:

Le mode Xbox360 est sûrement le plus original de ce portage. Il propose un vaisseau inédit, le type D, assez lent mais terriblement puissant (seul le type D est jouable en mode Xbox360). Les musiques du jeu ont été entièrement remixées et certains passages font référence directement aux thèmes musicaux de Daioujou, joli clin d’œil et hommage à l’OST épique de cet ancien opus. Autre changement de ce mode Xbox360, la difficulté. Le mode shot est équivalent à présent au mode novice. Pour les difficultés du mode laser et expert il n’y a pas de changement.

- 20141231171311

(Le type D, vaisseau inédit de ce portage)

Le gameplay autour du scoring reste le même que celui des modes précédents, c’est-à-dire réaliser de grosses chains sans aucune interruption. Cependant les vies ont été remplacées par une barre d’énergie de couleur verte. Votre barre d’énergie dispose de 10 000 points de vies. A chaque fois que vous vous faites toucher par un projectile vous perdez 2000 points de vies. Pour obtenir des hypers, il ne vous suffit plus seulement de ramasser les médailles dorées à l’écran. Vous avez désormais à votre disponibilité un nouveau tir spécial qui s’active lorsque vous combinez les boutons shot et laser. Ce tir inédit est bien plus puissant qu’à l’ordinaire et accélère considérablement l’obtention de niveaux d’hypers, cependant vous perdez peu à peu de la vie à chaque fois que vous en faites usage. Heureusement lors de l’utilisation de vos hypers cette barre d’énergie se régénère lentement.

Vous l’aurez compris,  il vous faudra trouver le juste milieu entre prise de risque et utilisation du mode hyper pour faire du score et rétablir votre barre de santé avant de succomber face à une boulette perdue.

 20150107115926

(Les médailles dorées augmentent votre compteur de chain)

Points positifs:                                                                              

–  région free

–  Quatre modes de jeu

–  Une très bonne dose de challenge

–  Une durée de vie importante

–  Gameplay proche de la perfection

–  Un système de score moins strict et repensé

– L’hyper mode, véritable sentiment de puissance

Points négatifs :

–  disponible uniquement en import

–  risque de décourager les débutants

2015010712110120150107120144

20150107120257 20150107120101

Saidaioujou fait honneur à la série légendaire qu’est Dodonpachi. En plus d’être un bel hommage envers son vieux père Daioujou, il remplit avec brio son rôle d’ultime épisode. La concrétisation quasi parfaite du gameplay et du scoring est la preuve de toute l’expérience emmagasinée depuis plusieurs années par le studio Cave. Ajoutez à cela les quatre modes de jeu, un challenge des plus hardcore, vous voilà face à l’un des meilleurs manic shooter de ces dernières années.     

Graphisme : La refonte haute définition est un véritable régal pour les yeux. Sûrement un des plus beaux titre de Cave.

Son : Les musiques sont rythmées et énergiques, elles collent bien à l’ambiance nerveuse du jeu. Le thème du stage 5 est véritablement magistral.

Note 9/10

Disponible aussi sur :

http://www.shmup.com/index.php?page=fiche&id=1582

Par défaut
danmaku, guide vidéo, japon

Guide vidéo : Touhou XI en difficulté « Normal »:

 

Il s’agit d’un petit guide vidéo destiné aux joueurs débutants sur le jeu Touhou 11 en difficulté « normal ». Les 6 stages ont été enregistrés indépendamment. L’intérêt de ce guide est de vous proposer avant tout des astuces de placement dans les différents niveaux du jeu pour simplifier les passages jugés parfois difficiles.

Stage 1 :

Stage 2 :

Stage 3 :

Stage 4 :

Stage 5 :

Stage 6 :

Par défaut